Dossier sur la prévention de la maltraitance des personnes âgées

Etude relative à la prise en charge à domicile des aînés

Une étude publiée en 2015 met en évidence plusieurs situations comportant un risque de maltraitance envers les personnes âgées.

Contexte
En Suisse, 82% des plus de 80 ans vivent aujourd’hui chez eux. Or pour maintenir une personne âgée dans un environnement qui lui est familier, il faut généralement recourir à l’assistance de personnes tierces – au premier rang desquelles les proches. Cette situation est parfois vécue comme une charge par ces derniers. Le risque de maltraitance augmente avec la proximité sociale. De par leur faiblesse physique et leurs handicaps liés aux maladies, les personnes âgées sont exposées à des actes de violence, des abus de pouvoir et des négligences. 

Finalité de l’étude
L’étude vise à contribuer à l’amélioration de la protection des aînés dépendants et des aidants dans l’environnement domestique. C’est pourquoi plusieurs éclairages ont été apportés sur ce sujet.

Problématique
Quelles sont les circonstances exactes qui conduisent à des maltraitances domestiques envers les personnes âgées? C’est la question sur laquelle s’est penchée une équipe de chercheurs du département Travail social de la haute école des sciences appliquées de Zurich (ZHAW) à la demande de l’Autorité indépendante de plainte en matière de vieillesse (UBA). Dans le cadre de cette étude, la maltraitance est définie comme «tout acte ou négligence systématique et répété-e ayant un impact négatif sur l’état de la personne qui en est l’objet» (cf. étude, 2015, p. 6).

Périmètre
L’équipe de chercheurs (Barbara Baumeister, Milena Gehrig, Trudi Beck, Thomas Gabriel) a d’une part étudié des rapports écrits de plaintes pour violences domestiques déposées auprès de l’UBA. Au total, 31 plaintes datant de 2010 à 2012 ont été examinées. D’autre part, sur la base d’un guide d’entretien, les chercheurs ont interrogé divers spécialistes actifs dans les domaines des soins, du travail social, du droit, de la psychologie et de la médecine, et ont mené des entretiens informels avec des personnes âgées dépendantes et des proches aidants.

Résultats de l’étude

Analyse des dossiers
L’analyse des documents a mis en évidence six situations de conflit.

  1.          Conflit à composante intergénérationnelle
    Il est caractérisé par une interdépendance forte et généralement prolongée d’ordre matériel, financier et social. Celle-ci trouve son origine dans l’histoire des membres de la famille, par exemple entre un parent et un enfant soignant vivant sous le même toit. Malgré les difficultés importantes rencontrées, les parties n’arrivent pas à changer seules la situation. Il est fréquent qu’elles n’aient pratiquement plus de contact avec l’extérieur.  
       
    2.    Conflit avec le/la partenaire lié à la démence
    Cette situation se caractérise par des changements liés à la maladie chez la personne dépendante, entraînant une dégradation de la relation. La personne assurant la prise en charge inflige des mauvais traitements à la personne malade et/ou la néglige, ou alors c’est la personne malade qui maltraite son/sa partenaire.
     
    3.    Conflit entre enfants au sujet de la prise en charge et de son financement
    A l’origine, un enfant assure la prise en charge d’un de ses parents. Ses frères et sœurs ne cautionnent pas la prise en charge et son financement ou suspectent des détournements d’argent. La personne prise en charge n’est pas directement impliquée dans le conflit.
     
    4.    Conflit lié à la proximité sociale et à la maltraitance financière
    La personne âgée est victime de malversations financières de la part de personnes de son entourage social (enfant, conjoint, ex-conjoint, voisin), alors qu’elle se trouve dans une situation financière précaire et qu’elle souffre parfois de troubles physiques.
     
    5.    Conflit lié à l’isolement social et au voisinage
    Une personne seule et isolée suscite la réprobation de son entourage en raison d’un comportement inadéquat (apparence négligée, habits inappropriés dans l’espace public, mauvaises odeurs émanant de son domicile). Les voisins se sentent indisposés voire agressés.
     
    6.    Conflit lié à l’autonomie et au besoin de protection
    Tiraillée entre son envie d’autonomie et son besoin de protection, la personne âgée se sent souvent opprimée par des proches ou des voisins inquiets, les soupçonne même de vol ou d’escroquerie. Dans ce genre de situation, les spécialistes sont face à un dilemme: respecter l’autonomie de la personne concernée tout en lui assurant une encadrement attentionné. 

Résultats des entretiens
Il ressort des entretiens que la qualité de la relation entre la personne dépendante et la personne aidante est déterminante

Quatre types de relation ont été identifiés:

  1.        Relation basée sur l’estime
    «On m’a beaucoup donné, c’est donc normal que je donne aussi en retour.» 
    Grande confiance résultant d’expériences partagées (réciprocité). En cas d’incapacité d’assurer la prise en charge et les soins, ceux-ci seraient confiés à des tiers.
     
    2.    Relation basée sur le sens du devoir
    «J’ai toujours été là pour l’aider, c’est pourquoi je dois continuer à présent.»
    Le conflit à composante intergénérationnelle est le résultat de ce type de relation. La forte dépendance vis-à-vis de la personne aidante rend pratiquement impossible la prise en charge par des tiers. De son côté, la personne aidante a des exigences élevées quant à la qualité de la prise en charge, ce qui explique pourquoi elle a beaucoup de mal à la confier à des tiers.
     
    3.    Relation distante
    «Je n’ai pas eu droit à la reconnaissance que je méritais, je ne suis donc pas prêt-e à me sacrifier.» 
    Dans ce genre de situation, la personne aidante attend de la personne dépendante qu’elle lui témoigne gratitude et reconnaissance. Fréquemment, cette attente n’est pas satisfaite et ne l’était, bien souvent, déjà pas par le passé. Il n’y a pas de volonté de fournir une aide, celle-ci est activement cherchée auprès de tiers.
     
    4.    Relation basée sur l’entraide
    «Je t’aide et j’ai besoin de ton aide en retour.»
    Ce type de relation est comparable aux conflits à composante intergénérationnelle et avec le/la partenaire. C’est seulement lorsque l’une des deux personnes n’est plus là – le quotidien s’en trouve modifié – que le besoin d’aide se fait sentir. Dans ce cas précis, l’aide doit être pensée pour les deux personnes.

Recommandation à l’attention des personnes concernées
Entraide active et recours à l’aide
Recours aux services et aux prestations de soutien d’organismes tels que Pro Senectute, CRS, UBA (cf. liens).